Apprendre la bienveillance

Ces dernières années, le mot « bienveillance » a fait un retour en force dans les médias, dans les livres de développement personnel et dans les guides d’éducation. À force d’en entendre parler, nous avons même fini par penser que cela coulait de source et que la bienveillance était une version trendy de la simple gentillesse. Pourtant, cette disposition est bien plus complexe que cela. Nous vous proposons de faire un petit tour de la question pour y voir plus clair.


La bienveillance, finalement, qu’est-ce que c’est ?

Être bienveillant, finalement, nous avons toutes l’impression de savoir ce que c’est. Cela semble logique et bien ancré dans notre éducation : être gentil et respectueux de l’autre. Pourtant, derrière ce simple mot se cache une réalité plus vaste qui implique nos relations interpersonnelles, nos relations familiales et notre relation à nous-même.

Apprendre la bienveillance

Repartons de la base, une bonne définition, pour mieux appréhender le principe de bienveillance. Premier coup d’œil chez Larousse :

« Disposition d’esprit inclinant à la compréhension, à l’indulgence envers autrui. »

J’aime particulièrement la notion d’indulgence introduite dans cette définition, par opposition au jugement, à la critique et au besoin de trouver dans l’autre une certaine perfection ou en tout cas un alignement à nos attentes en termes de comportement ou de valeurs. C’est pour moi la base de l’attitude bienveillante.

Être bienveillant, c’est commencer par laisser l’autre être tel qu’il est, l’accepter comme tel et ne pas chercher à le changer. Cela ne veut pas dire que nous devons accepter toutes sortes de comportements à notre égard, mais cela veut dire que nous pouvons chercher en premier lieu à comprendre l’autre pour interagir au mieux avec lui et entrer dans une relation saine la plupart du temps. C’est déjà un très bon point de départ, non ?

Pour aller plus loin, allons maintenant regarder du côté de Wikipédia :

« La bienveillance est la disposition affective d’une volonté qui vise le bien et le bonheur d’autrui. »

Ici, la définition introduit une notion de responsabilité et de volonté. La bienveillance, c’est choisir d’apporter quelque chose de positif et de bénéfique à l’autre. La personne bienveillante est dans une attitude active et fait des efforts. La bienveillance demande une certaine disposition d’esprit consciente. Vous pouvez choisir de devenir une personne bienveillante.

Et c’est ici que l’on trouve la deuxième clé capitale de la bienveillance : les comportements positifs.

Ces comportements, ils sont au nombre de huit, répartis en quatre axes :

Présence & disponibilité Ecoute & attention Acceptation & ouverture Encouragements & soutien

La disponibilité et la présence que vous donnez à l’autre vous permettent d’être dans une attitude d’écoute attentive de ses besoins. Ensuite, en acceptant que chacun a sa propre réalité sans la juger, vous pouvez soutenir et encourager la personne en face de vous.

Si on récapitule donc tout cela, on parlera d’un mécanisme actif permettant d’entrer dans une relation positive avec l’autre dont il retirera des effets positifs pour son bonheur.

On y est, pourtant quelque chose me gêne un peu… N’y a-t-il que l’autre qui bénéficie de notre disposition d’esprit bienveillante ? N’est-ce pas finalement bénéfique pour nous-même ?

La bienveillance à l’égard des autres…

Lorsque nous faisons l’effort d’être dans la bienveillance envers les autres, les effets bénéfiques ne tardent pas à se faire ressentir : nos relations et échanges sont facilités. Nous agissons comme des « motivateurs » en étant à l’écoute, disponibles et encourageants. Une fois la spirale positive enclenchée, le reste devient plus facile et le comportement de l’autre change également.

Bienveillance envers les autres

Pourtant, ce ne sont pas uniquement les autres qui ont le plus d’avantages à retirer de cette attitude bienveillante. Le principal bénéficiaire, c’est finalement vous ! En étant bienveillant, vous respectez vos valeurs, vous êtes dans l’ouverture d’esprit et l’ouverture aux autres.

Finalement, grâce à la bienveillance, vous entrez dans des relations de « win-win ». Vous êtes autant gagnant que la personne en face de vous. Et c’est dans ce genre de relation que les plus jolies choses peuvent se passer. Essayez, vous verrez !

…. Et celles des autres à notre égard

Cet été, j’ai été confrontée à la bienveillance d’une inconnue alors que je ne m’y attendais pas.

Mon deuxième garçon qui a eu 18 mois en août dernier est une petite personne très énergique et très indépendante. Comprenez par là, pas facile tous les jours 😉. Alors que nous étions dans une situation où il aurait fallu qu’il reste calme et patient (visualisez la salle d’un resto d’hôtel sur la route des vacances, après une longue route et des bouchons), le bonhomme voulait courir, jouer, crier. En tant que parents, nous tentions tant bien que mal de contenir cette explosion d’énergie par respect pour les autres convives, mais le phénomène ne faisait que s’amplifier, nous obligeant à quitter la table chacun à tour de rôle et à passer notre repas séparément tout en veillant au grand de 7 ans qui se trouvait un peu délaissé. Ce repas, ça a vraiment été un très mauvais moment de culpabilité et de malaise pour moi. Pourtant, à la fin du repas, un couple assez âgé est venu nous trouver et la dame a été d’une grande gentillesse en me disant qu’elle comprenait que c’était difficile pour nous et en me complimentant en tant que maman. Je l’ai remerciée et je suis restée très pensive par rapport à cette réaction.

 

 

En quelque mots, cette dame avait enlevé un énorme poids de mes épaules. Elle avait fait attention, elle avait compris la situation, ne m’avait pas jugée et elle avait pris le temps de venir me dire quelques mots pour m’apporter un peu de soutien. Je venais de rencontrer la bienveillance.

Pendant plusieurs semaines, ce moment est resté dans mes pensées. En prenant maximum deux minutes de son temps, gratuitement, cette personne avait changé ma façon de voir les choses et m’avait permis de retrouver un peu de sérénité pour affronter le reste. C’était un immense cadeau.

Si je vous raconte cette histoire, c’est parce qu’elle a fait naître une immense réflexion sur mon comportement à l’égard des autres. Si cette dame avait été bienveillante envers moi, je pourrais sans doute l’être plus à l’égard des autres aussi. C’est la route que j’ai décidé de suivre.

Education bienveillante

Nous ne pouvons évidemment pas parler de bienveillance sans aborder la question de l’éducation.

Education bienveillante envers les enfants

Très longtemps, la relation parents-enfants a été vue comme une relation d’éducation à sens unique, de règles strictes à respecter et de menaces assorties de punitions dans les cas où l’enfant aurait l’envie de prendre quelques libertés. Je caricature un peu, mais en tant qu’enfant des années 80 élevée en partie chez ses grands-parents, j’en connais un bout sur le sujet.

Heureusement, les idées évoluent, les temps changent et les parents aujourd’hui peuvent faire le choix d’une autre éducation. Mais, je vais être franche, ce n’est pas facile de ne pas reproduire les schémas auxquels nous avons été habituées dès notre plus jeune âge.

L’éducation bienveillante est un très vaste sujet, de nombreux livres et sites web traitent de ce sujet et cela fera aussi l’objet d’autres articles plus complets sur notre blog (nous l’avons d’ailleurs déjà traité ici et ici), mais nous pouvons, en regard à ce que nous avons vu plus haut, jeter quelques bases de l’éducation positive en transposant les huit comportements clés de la bienveillance envers nos enfants.

Etre un parent bienveillant, c’est respecter son enfant avec ses défauts et ses qualités sans vouloir le modeler à l’image que nous nous faisons de lui. C’est être à l’écoute de ses besoins et lui apporter soutien et disponibilité. Pour aller plus loin, il s’agira d’entrer dans le dialogue, le respect mutuel et la responsabilisation en évitant punitions et récompenses (la partie le plus compliquée je trouve).

 

Sommes-nous vraiment bienveillantes envers nous-même ?

Enfin, je terminerai par là où j’aurais dû commencer : être bienveillant envers soi-même.

Être bienveillant envers soi-même

Vous ne pourrez pas apporter du respect, de l’écoute, de l’indulgence aux autres si vous ne commencez pas par être à votre écoute, sans vous juger en permanence (c’est déjà ici que ça se complique) et sans vous apporter votre propre soutien. Vous êtes la première personne envers qui vous devez apporter de l’indulgence et de l’acceptation.

Et devinez quoi ? Ça va sans doute être le chemin le moins facile à parcourir si vous choisissez de développer votre qualité de bienveillance.

Voici quelques pistes pour vous aider à baliser la route :

  • Ecoutez-vous, votre corps, vos besoins et vos émotions
  • Apprenez à respecter vos limites, apprenez à dire non
  • Tirez parti de vos qualités et enrichissez-les
  • Prenez du temps pour ce qui compte pour vous
  • Pratiquez la compassion et l’indulgence envers vous-même
  • N’oubliez pas que vous êtes toujours en plein apprentissage
  • Déterminez les valeurs qui vous importent et respectez-les
  • Apprenez à être fière de vos réussites

Ne cherchez pas à aller trop vite ni à changer qui vous êtes, cherchez seulement à vous améliorer en respectant votre rythme, en acceptant de tâtonner et parfois d’échouer. Mais vous allez y arriver !

Quelques ressources pour aller plus loin

Ressource bienveillance envers soi-même
Petit cahier d’exercices de bienveillance envers soi-même

Une autre approche de la bienveillance par Les filles Zen à lire ici : La bienveillance au quotidien en six clés


Si vous aimez notre univers et nos articles, n’oubliez pas de vous abonner à notre page Facebook, notre compte Instagram ou de nous suivre sur Hellocoton.

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires

    • Vanessa Répondre

      Non, en effet. Il y a des personnes douées de nature, d’autres qui apprennent et d’autres qui auront toujours plus de mal. Ça dépend de ton cheminement personnel…

  1. Quel magnifique article Vanessa ! J adhère complètement a cette philosophie pas toujours évidente dans notre monde… Merci beaucoup pour ce partage.

    • Vanessa Répondre

      Bonjour Coukie,
      Je te remercie pour ce feedback sur mon article. Je ne suis pas toujours certaine que ce que j’écris soit utile ou compris et c’est toujours très chouette pour moi de lire que ça a trouvé un écho chez les autres. Merci !

  2. Un article qui fait réfléchir à la bienveillance aujourd’hui comme pour demain mais sincèrement pas évident lorsque les gens ne regarde que leur nombril et leur petit univers privé

    Belle semaine
    violine

    • Vanessa Répondre

      Merci Violine. C’est vrai que nous vivons dans un monde sacrément nombriliste, mais je pense que la bienveillance est un peu une manière de le combattre 😉

Laisser un message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Navigate